Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Global Institute of Internal AuditorsBreadcrumb SeparatorKnowledge and ResearchBreadcrumb SeparatorChambers Blog (French)Breadcrumb SeparatorL’audit interne : grand absent des premières réponses à la pandémie?

L’audit interne : grand absent des premières réponses à la pandémie ?

Dans mon blog, la semaine dernière, j’invitais les auditeurs internes à monter en puissance et à faire montre de leur valeur, avant la récession qui s’annonce. L’Audit Executive Center de l’IIA a mené un nouveau Sondage rapide sur les réactions des organisations face au COVID-19. D’après les résultats, depuis que l’OMS a officialisé la pandémie, le rôle de l’audit interne en réponse à cette crise est mitigé.

Certes, face au coronavirus, la plupart des responsables d’audit internes interrogés indiquent qu’ils sont désormais impliqués dans la stratégie de traitement des risques de leur organisation, mais 37 % d’entre eux estiment qu’ils auraient dû avoir voix au chapitre bien plus tôt concernant les risques et leurs possibles modalités de traitement. Un nombre tout juste plus élevé d’entre eux – 43 % – estime qu’ils ont été consultés en temps opportun.

Une corrélation marquée a pu être établie entre la taille de la fonction d’audit interne et le temps écoulé avant sa consultation. Les répondants issus de fonctions d’audit interne de taille modeste ont exprimé leur inquiétude dans la mesure où 48 % – soit presque la moitié – pensent ne pas avoir été impliqués à temps. En revanche, plus la taille de la fonction d’audit interne est grande, moins ces inquiétudes se font sentir. En effet, les répondants issus des plus grandes fonctions d’audit interne (26 collaborateurs ou plus) sont ceux qui se sont montrés le moins inquiets sur ce sujet (23 %).

Il n’est guère surprenant que les organisations aient initialement donné la priorité à l’évaluation des impacts immédiats. Le rapport met en évidence ce qui suit :

  • Sur la stratégie : les modalités de traitement des risques stratégiques initiales étaient centrées sur l’évaluation de l’impact à court terme (78 %) et sur la communication avec les administrateurs (72 %).
  • Sur les finances : 40 % des répondants au sondage ont indiqué que leur organisation avait fermé certains sites et analysé de potentielles réductions de coût à court terme ou des réductions de l’exploitation.
  • Sur les collaborateurs : la totalité des interrogés, ou presque, a déclaré que leur organisation avait mis en œuvre le télétravail de ses collaborateurs (96 %). En outre, même si les voyages ont été très réduits depuis que le sondage a été mené la semaine dernière, 70 % avaient déjà déclaré que leur organisation les avait restreints et presque 50 % que ceux-ci avaient été tout simplement suspendus.
  • Sur les clients : de nombreuses organisations avaient conçu une stratégie de communication à destination de leurs clients (82 %). Toutefois, moins de la moitié d’entre elles avaient élaboré pour eux de nouvelles règles en matière de Santé & Sécurité.

Bien que les constats relatifs à l’implication des auditeurs internes suscitent l’inquiétude, les données du sondage mettent en évidence des opportunités pour l’audit interne qui peut représenter un soutien constant au moyen d’éclairages et de visions prospectives. Par exemple, seulement la moitié des répondants environ (51 %) ont rapporté que leur organisation avait réalisé une évaluation détaillée de l’impact à long terme de cette pandémie, et moins de la moitié (45 %) qu’elle avait revu ses plans stratégiques avec l’équipe de direction. Ces deux domaines vont revêtir une importance particulière à mesure que les organisations du monde entier gèreront la survenance des risques relatifs au COVID-19 et au bouleversement de l’économie.

Le sondage permet d’identifier également une opportunité dont il était question dans mon article de la semaine dernière. Même s’il était en majeure partie consacré au soutien que pouvait apporter l’audit interne en matière de réduction de coût, par anticipation de la récession économique, j’émettais tout de même une mise en garde importante :

Toutefois, nombre de mesures de restrictions budgétaires peuvent avoir un impact sur les risques futurs. Aussi est-il important de prendre ces décisions en connaissance de cause. Opérer des coupes dans le mauvais budget peut exposer l’organisation à des niveaux de risques inacceptables par la suite. À l’avenir, un équilibrage est nécessaire entre les réductions de coûts et le management des risques efficace (par exemple, en maintenant des dispositifs appropriés de contrôle interne des contrats et des fournisseurs).

Le sondage a mis en évidence que seuls 25 % des organisations avaient envisagé des stratégies de réduction de coût à long terme. Cela représente une autre opportunité pour les auditeurs internes d’apporter une vision prospective pour aider leur organisation à façonner son plan de retour à la normale et booster sa production, une fois la pandémie jugulée.

Bien que le sondage ait été réalisé par l’Audit Executive Center, les résultats sont à la disposition du grand public. Les interrogés étaient tous nord-américains (États-Unis et Canada), mais je pense que nos observations fournissent des données que vous pourrez utiliser dans le cadre d’un benchmark ; données qui sont applicables à virtuellement toutes les organisations, quelle que soit leur implantation. Cher lecteur, chères lectrices, je vous encourage à aller consulter ce rapport. Notre site nord-américain ainsi que notre site global mettent à votre disposition une page d’échange de ressources (« COVID-19 Resource Exchange »), sur laquelle vous pourrez le retrouver ainsi que d’autres précieuses ressources.

Comme toujours, je me réjouis de lire vos commentaires.

Communication:   Richard F. Chambers, Président et CEO du Global Institute of Internal Auditors, publie un article hebdomadaire pour InternalAuditor.org sur les questions et tendances relatives à la profession de l'audit interne.