Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Global Institute of Internal AuditorsBreadcrumb SeparatorKnowledge and ResearchBreadcrumb SeparatorChambers Blog (French)Breadcrumb SeparatorLa revue qualité ne devrait jamais être utilisée comme une arme contre l’audit interne

​La revue qualité ne devrait jamais être utilisée comme une arme contre l’audit interne

En tant que directeur général de l’IIA, j’aborde les enjeux de la profession d’audit interne avec de multiples parties prenantes. Lorsque j’ai l’occasion de m’adresser à des membres de conseils d’administration et d’équipes dirigeantes, il est un point qu’il me tient à cœur de souligner : la valeur apportée par le respect des Normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne (les Normes) de l’IIA par la fonction d’audit interne.

En effet, attester du respect des Normes par une évaluation externe périodique de la qualité – souvent appelée « revue qualité » – indique aux parties prenantes que l’activité d’audit interne repose sur des règles d’éthique et des compétences professionnelles de haut niveau. Une revue qualité dûment réalisée devrait constituer un indicateur fiable du respect du Cadre de référence international des pratiques professionnelles par la fonction concernée, et permettre d’identifier des opportunités d’amélioration.

Malheureusement, il arrive que certaines parties prenantes l’utilisent comme une arme contre des professionnels de l’audit interne qui ne font que leur travail. Tel pourrait avoir été le cas à Dallas : ce mois-ci, le district scolaire a croisé le fer avec son responsable d’audit interne. La pomme de discorde ? Des travaux d’audit interne ayant identifié des surpaiements en faveur de certains prestataires..

Les performances du responsable d’audit interne, Steve Martin, ont fait l’objet d’un examen pour le moins précipité, suite à la décision des représentants du district d’organiser une revue par les pairs anticipée. Dans ces circonstances, Steve Martin a publiquement accusé le district d’essayer de réduire au silence l’audit interne en « enquêtant sur l’enquêteur », avant de démissionner. Le district scolaire a, pour sa part, invoqué des doutes quant à la validité et à l’exactitude des calculs effectués dans le cadre des missions d’audit, ajoutant qu’il n’avait jamais été question d’empêcher Steve Martin de faire son travail, et que certains constats d’audit étaient déjà en cours d’examen.

Je ne peux attester de la qualité des missions d’audit interne dans cette affaire, mais comme je l’ai déjà souligné à plusieurs reprises : si cela ressemble à des représailles, si cela produit les effets de représailles, c’est qu’il s’agit sans doute de mesures de représailles.

Ces constats de surpaiements concernant deux projets, et potentiellement plus de dix autres, sont dévoilés alors que le district demande aux contribuables d’appuyer une proposition d’émission obligataire de 3 milliards de dollars pour financer la modernisation d’établissements scolaires. Une zone d’ombre subsiste : comment la revue par les pairs sera-t-elle effectuée alors que Steve Martin a démissionné ? Quoi qu’il en soit, seul un évaluateur qualifié indépendant peut procéder à la revue qualité. Malheureusement, le prochain responsable d’audit interne du district scolaire indépendant de Dallas devra surveiller ses arrières au cas où l’une de ses missions l’amènerait à toucher des points sensibles.

En tant qu’auditeur interne ayant majoritairement exercé dans le secteur public, je suis toujours effaré de voir jusqu’où certains conflits peuvent aller, et la situation à Dallas en est un exemple criant. Nous devrions donc essayer de tirer des enseignements positifs de cette affaire..

Enseignements pour les parties prenantes :

  • • Utilisée à bon escient, la revue qualité est salutaire. En effet, les Normes de l’IIA exigent que le responsable d’audit interne mette en place un programme d’assurance et d’amélioration qualité (PAAQ) visant la progression constante de la fonction d’audit interne. Je l’ai déjà indiqué et je le répète, un tel examen devrait être un indicateur fiable du respect des Normes, et permettre d’identifier des opportunités d’amélioration..
  • • La revue qualité est gage d’indépendance et d’objectivité. Aux termes des Normes de l’IIA, la fonction d’audit interne doit être indépendante, c’est-à-dire qu’elle ne doit pas être exposée à des situations pouvant l’empêcher d’exécuter ses missions de manière impartiale. Paradoxalement, certaines personnes utilisent cet examen pour mettre à mal cette indépendance.
  • • La revue qualité devrait être utilisée pour améliorer la fonction d’audit interne, et non pour la sanctionner. J’ai écrit à de nombreuses reprises sur les méthodes peu scrupuleuses employées par certains managers face à des constats d’audit insatisfaisants, voire embarrassants. Utiliser la revue qualité comme une arme contre l’audit interne fragilise une relation qui devrait reposer sur la collaboration, l’honnêteté et le respect mutuel.

Enseignements pour les auditeurs internes :

  • Le respect des Normes passe par les PAAQ. La revue qualité témoigne du respect des Normes et de l’existence d’un PAAQ. Tout responsable d’audit interne devrait souhaiter développer et maintenir un PAAQ afin d’améliorer constamment la fonction d’audit interne.
  • Faire preuve de franchise à l’égard des dirigeants ne revient pas toujours à se tirer une balle dans le pied. Dire aux membres du conseil et de la direction générale des choses qu’ils ne souhaitent pas entendre – voilà l’un des plus grands défis des responsables d’audit interne. Cet exercice rend les conflits et les divergences inévitables. Même si un responsable d’audit interne ne doit jamais transiger avec son indépendance, son intégrité ou son honnêteté, il existe souvent, selon mon expérience, des possibilités de compromis. Le dénouement tragique ne devrait être pas le seul scénario possible en cas de désaccord.
  • Apprendre à composer avec le jeu politique de l’organisation fait partie du job. Chaque responsable d’audit interne doit, et il s’agit-là d’un aspect fondamental de son métier, comprendre les rouages de son organisation. Cette tâche implique non seulement d’appréhender sa culture et ses politiques internes, mais également d’apprendre à composer avec cette culture et d’y exceller. La simple idée d’avoir affaire de près ou de loin à des considérations politiques rebute bon nombre d’auditeurs internes. S’y refuser peut toutefois leur coûter leur emploi.
  • Informer les parties prenantes peut permettre d’éviter des conflits aux conséquences désastreuses. Composer avec les politiques internes nécessite également d’informer les parties prenantes, de nouer avec elles des relations favorisant le soutien mutuel, ainsi que d’anticiper et de discuter des scénarios potentiellement conflictuels. La mise en place de ces mesures en amont permettra de gérer plus facilement les conflits une fois qu’ils apparaîtront.
  • Toujours viser juste. Il s’agit peut-être de l’enseignement le plus important que nous puissions tirer de la polémique autour du district scolaire de Dallas. Aucune irrégularité n’a été relevée dans les travaux de la fonction d’audit interne de Dallas. Cela étant, dans l’absolu, toute erreur dans une mission ou des constats effrite la crédibilité de l’audit interne. J’ai brièvement résumé ce point crucial dans un article évoquant l’importance de « dire la vérité au pouvoir ». Voilà ce j’écrivais alors : « Le mot clé de l’expression ‹ dire la vérité au pouvoir › est vérité. Aussi, assurez-vous que vous la détenez en toutes circonstances. »

Enfin, je ne peux m’empêcher de dresser un parallèle entre mon expérience personnelle en tant que responsable d’audit interne et les circonstances de cette affaire. Selon un article paru dans The Texas Monitor :

« [Le responsable d’audit interne] et les auditeurs internes ont conclu que les représentants [du district scolaire] avaient scindé des contrats en plusieurs éléments, chacun d’un montant inférieur à 500 000 dollars, afin que ces contrats restent en dessous du seuil nécessitant l’approbation du conseil d’administration. Cette pratique, nommée « achats séquentiels », enfreint les lois étatiques. Quiconque a été déclaré coupable d’une telle infraction est automatiquement démis de ses fonctions. »

Au cours de mes 45 années d’expérience dans l’audit interne, l’opposition la plus acharnée que j’ai jamais rencontrée de la part du management au regard de constats d’audit concernait la preuve, établie dans mon rapport de l’époque, « d’achats séquentiels », ou de ce que nous appelions « fractionnement de contrats ». Pardonnez donc mon scepticisme dans l’affaire du district scolaire de Dallas. Pour paraphraser Hamlet, de William Shakespeare : « La dame fait trop de protestations, ce me semble. »

Comme toujours, vos commentaires sont les bienvenus.

Communication: Richard F. Chambers, Président et CEO du Global Institute of Internal Auditors, publie un article hebdomadaire pour InternalAuditor.org sur les questions et tendances relatives à la profession de l'audit interne.