Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Global Institute of Internal AuditorsBreadcrumb SeparatorKnowledge and ResearchBreadcrumb SeparatorChambers Blog (French)Breadcrumb SeparatorLes acteurs du service public sont essentiels dans la lutte contre le COVID-19

Les acteurs du service public sont essentiels dans la lutte contre le COVID-19

Chaque année, du 3 au 9 mai, les États-Unis mettent à l’honneur leurs fonctionnaires à l’occasion de la semaine de la reconnaissance du service public (Public Service Recognition Week). À l’échelle mondiale, le 23 juin marque le jour choisi par les Nations Unies pour célébrer la « Journée des Nations Unies pour la Fonction publique ». À cette date est remis le Prix d’excellence des Nations Unies pour le service public, qui fête cette année son 17e anniversaire.

Ces célébrations devraient être d’autant plus importantes en 2020, du fait des dégâts causés par la pandémie de COVID-19. Les docteurs et le personnel infirmier dans des milliers d’hôpitaux publics s’occupent des personnes affligées par le virus, les scientifiques des laboratoires de recherche de l’État travaillent d’arrache-pied pour trouver des traitements et mettre au point un vaccin, les personnels des services de santé permettent aux centres de dépistage de fonctionner. Les professionnels de la santé partout dans le monde représentent la première ligne de défense dans cet affrontement. Ils dédient leur temps, leurs talents et leur énergie pour combattre ce terrible fléau, et ce au péril de leur vie.

Ce sont ces travailleurs dévoués et courageux qui reçoivent nos éloges et notre admiration. Toutefois, il ne faudrait pas oublier les fonctionnaires, et assimilés, à tous les niveaux de l’administration. Sans eux, tous les efforts visant à enrayer l’épidémie de coronavirus et à relever les défis auxquels l’humanité est confrontée seraient presque tous voués à l’échec.

Les deux stratégies principales pour lutter contre le COVID-19 consistent à prendre des mesures de distanciation sociale et des mesures de confinement afin de limiter la propagation de l’épidémie. Toutefois, alors que les pressions se multiplient pour assouplir ces restrictions, nous pourrions voir ces stratégies s’orienter davantage vers le dépistage systématique et le traçage GPS. Chacune de ces approches pourrait être mise en place avec succès, car elles permettent à la population de conserver un certain confort, malgré les perturbations majeures sur leur quotidien. Aussi est-ce là que cette armée silencieuse, pour ainsi dire, montre toute sa valeur : les acteurs du service public. 

Ils consacrent leur vie au service du public et rendent possibles tous les conforts simples du quotidien ; conforts qu’il est facile de ne pas apprécier à leur juste valeur. Lorsque l’on ouvre le robinet, on présume que l’eau qui en surgit sera potable ou lorsque l’on est en danger, que la police ou les pompiers interviendront au plus vite. Nous partons du principe que les feux de signalisation vont fonctionner, que nos parcs et autres espaces publics seront entretenus et propres. Même si nous prenons ces services pour acquis, un employé de l’État œuvre souvent dans l’ombre pour les rendre disponibles au public.

De nombreux autres aspects de notre quotidien dépendent beaucoup de ces personnes engagées pour le service public, même si leur rôle est moins évident. Nous présumons que le système judiciaire nous traitera avec justice et que nos droits civiques seront protégés. De même, nous nous attendons à ce que les produits alimentaires que nous achetons au supermarché seront propres à la consommation, que l’air que nous respirons ne présente aucun risque, et que l’argent que nous donnons aux impôts sera dépensé avec sagesse. Pour y parvenir, de nombreux fonctionnaires ou assimilés, anonymes, travaillent avec dévouement et compétence.

Qu’ils œuvrent sous les feux de la rampe ou dans les coulisses, leur point commun est leur engagement envers le service public ; un engagement qui ne devrait jamais être pris à la légère. On reproche souvent aux fonctionnaires d’être paresseux, surpayés ou de manigancer pour servir leurs propres intérêts. C’est même une habitude. Toutefois, ayant passé plus de 25 ans dans le secteur public, je peux affirmer avec certitude que la grande majorité d’entre eux est travailleuse, dévouée et qu’ils font preuve d’un engagement sans faille envers le bien public.

Cette description est également applicable aux auditeurs œuvrant dans le secteur public. Leur rôle au sein de l’administration élève le niveau d’exigence attendu du service public. Ces hommes et ces femmes se consacrent corps et âme à la détection et à la prévention des fraudes, à l’identification des manques d’efficience lors d’opérations publiques, à lever le voile sur la corruption, à identifier les risques et à participer à leur maîtrise. Tout cela contribue à donner l’assurance que les services financés par le contribuable sont efficaces, efficients et justes.

Qu’ils soient inspecteurs généraux de l’administration, contrôleurs financiers, contrôleurs généraux, auditeurs de l’administration centrale ou des collectivités territoriales, les deux contributions principales que peuvent apporter les auditeurs du secteur public sont :

  • D’examiner les institutions à la lumière de la transparence et du devoir de redevabilité
  • De « dire la vérité au pouvoir ».

J’ai déjà évoqué ces deux éléments à maintes reprises dans le contexte de l’audit interne, et ils ne se limitent assurément pas à l’audit dans le secteur public. Toutefois, ce sont des outils puissants qui poussent les institutions à viser l’excellence en matière de service public. Durant la crise sanitaire actuelle, cette recherche de l’excellence participera à prendre le dessus sur la pandémie de COVID-19 efficacement et avec célérité.

Je vous salue, vous les « gardiens du bien public » !