Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Global Institute of Internal AuditorsBreadcrumb SeparatorKnowledge and ResearchBreadcrumb SeparatorChambers Blog (French)Breadcrumb SeparatorMon 500e article pour l’IIA : réflexions finales

​Mon 500e article pour l’IIA : réflexions finales

Lorsque j’ai pris mes fonctions en tant que Président et Directeur général de l’IIA le 5 janvier 2009, j’étais loin d’imaginer que j’étais en train de m’embarquer dans l’une des plus longues expériences professionnelles de ma vie, et aussi l’une des plus gratifiantes. Cet hiver-là, le monde traversait une période difficile parce que les économies avaient plongé dans l’une des crises les plus graves depuis 70 ans.

Nous avons un dicton en Amérique du Nord dont voici à peu près la teneur : lorsque les économies attrapent un rhume, les associations (telles que l’IIA par exemple) attrapent la grippe. Alors pendant que le monde souffrait d’une pneumonie, lors de ces premiers mois j’ai consacré toute mon attention aux défis auxquels nous étions confrontés en tant qu’organisation et non sur le magnifique parcours à venir.

Le 10 février 2009, j’ai rédigé mon premier article de blog “Chief Audit Executives Beware: We Are Entering One of Those Eras Again!” (Responsables d’audit interne, prenez garde : nous entrons dans l’une de ces ères nouvelles). Mon message de l’époque conserve toute sa pertinence aujourd’hui. Les responsables d’audit interne doivent être sensibilisés aux risques auxquels leur organisation est confrontée et aux attentes de leurs parties prenantes concernant l’audit interne. J’avais conclu ce tout premier article avec une liste que j’avais intitulée ainsi : « Fonction d’audit interne : 10 signes à placer sous haute surveillance ».

  1. Vous mettez en œuvre un plan annuel d’audit interne fondé sur une évaluation des risques datant d’il y a six mois, et aucune nouvelle mission n’a été ajoutée au cours des deux derniers mois.
  2. Vous devez de plus en plus négocier avec les parties prenantes pour expliquer pourquoi l’audit interne ne devrait pas intervenir relativement à un risque spécifique nouveau ou émergent.
  3. Le comité d’audit vous fait remonter davantage de nouveaux risques que vous ne le faites à son égard.
  4. Les membres du comité d’audit évoquent de plus en plus les bonnes pratiques observées dans les autres organisations.
  5. Votre directeur général, votre directeur financier ou votre président du comité d’audit cite des ouvrages de leadership éclairé en matière d’audit interne dont vous n’avez pas entendu parler.
  6. Les parties prenantes au sein de votre organisation vous pressent de soumettre votre service à une évaluation externe de la qualité. C’est une bonne idée, et l’IIA recommande d’effectuer de telles évaluations dans ses Normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne, mais ce doit être de votre propre initiative, et non de la leur.
  7. Votre budget/dotation en personnel est réduit(e) sans que l’on vous interroge au préalable sur l’impact de ces mesures.
  8. Vous figurez de moins en moins à l’ordre du jour du comité d’audit.
  9. Vous recevez de moins en moins d’appels et d’e-mails de la part des principales parties prenantes.
  10. Vous découvrez que l’un de vos collègues à la direction financière vient de devenir membre de l’IIA.

Bien que ce premier billet ait été rédigé il y a 12 ans, le message et les « 10 signes » restent d’actualité ; a fortiori après un an de coronavirus. La bonne nouvelle réside dans l’évolution de l’audit interne au cours des 12 dernières années. Notre profession est beaucoup plus centrée sur les risques, sensibilisée aux parties prenantes et agile qu’elle ne l’était il y a une dizaine d’années environ. Je ne m’attribue nullement le mérite pour cette évolution. Je crois néanmoins que l’IIA est un flambeau qui illumine le chemin à suivre pour notre profession.

Ceci est mon 500e article de blog en tant que Président et Directeur général de l’IIA, et ce sera le dernier. Lorsque j’ai inauguré « Richard Chambers à propos de la profession », jamais je n’aurais imaginé combien ce format deviendrait populaire ou combien mon blog serait lu et cité. Ces dernières années, mon lectorat a observé des pics fréquents à 400 000 visiteurs et le blog a été traduit régulièrement dans plusieurs langues.

Cette semaine sera la dernière que je passe à l’IIA en tant que Président et Directeur général. Comme je l’ai fait remarquer lorsque j’ai annoncé mon intention de me retirer en juillet dernier, ma décision a offert au conseil d’administration de l’IIA « l’opportunité d’acquérir un nouveau leadership avec des idées et des perspectives nouvelles dans une période critique. Le secteur associatif en général et l’IIA en particulier seront sans doute radicalement différents dans le Monde d’après, et un leadership nouveau et fort sera déterminant pour mettre en œuvre les stratégies audacieuses, décisives et agiles qui viseront à relever ces nouveaux défis.

Bien que j’en sois venu à accepter le terme de « départ en retraite » pour décrire la fin de mes fonctions à l’IIA, je n’ai nullement l’intention de me retirer de la profession. De la même manière que j’ai officiellement pris ma retraite d’Inspector General de l’administration américaine en 2001, cette étape ne fait que borner la fin d’un chapitre important et le commencement d’un nouveau qui reste encore à découvrir. Toutefois, je fais le serment de continuer à écrire et partager mon point de vue, y compris par le biais d’un nouveau blog qui devrait être lancé en avril. Je prévois également de rester actif par l’intermédiaire de partenariats avec des organisations dont les missions participent à faire progresser la profession d’audit interne à travers le monde.

Comme je me prépare à quitter le bureau une dernière fois, je ne peux m’empêcher de réfléchir à toutes les mutations que le monde et l’IIA ont traversées depuis mon premier jour à ce poste. J’ai vu aller et venir quatre présidents américains et une myriade d’autres dirigeants. Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’ai fait l’acquisition du nouvel iPhone 3. L’iPad n’existait pas et la 3G était à la pointe de la technologie. Les montres connectées, les drones grand public, les voitures autonomes, les imprimantes 3D de bio-impression, et les stations de rechargement des véhicules électriques n’étaient pas encore devenus réalité. L’attention de la profession d’audit interne était pleinement consacrée au reporting financier, à la réduction et à la maîtrise des coûts ainsi qu’à l’assurance relative à la gestion des risques. Les risques liés à la cybersécurité, à la culture d’entreprise, au big data et à l’intelligence artificielle ne faisaient pas partie de nos préoccupations, pour la plupart d’entre nous.

Durant mon parcours à l’IIA, j’ai supervisé le lancement de l’Audit Executive Center, du Public Services Audit Center, du Financial Services Audit Center et de l’Environmental, Health & Safety Audit Center, mais aussi des certifications CRMA et QIAL (Certification in Risk Management Assurance et Qualification in Internal Audit Leadership), la série de rapports Pulse of Internal Audit, l’indice American Corporate Governance ainsi que la série de rapport OnRisk et deux études du CBOK (Common Body of Knowledge). J’ai eu le privilège de publier quatre ouvrages pour l’Internal Audit Foundation, y compris le plus récent Agents of Change: Internal Auditors in an Era of Disruption.

J’ai parcouru plus de 1,4 million de miles, rendu visite à plus de 60 affiliés de l’IIA et pris la parole devant plus de 100 000 professionnels de l’audit à travers le monde. J’ai contribué à la croissance de l’IIA qui compte désormais mondialement plus de 200 000 membres et plus de 170 000 auditeurs certifiés CIA. Je demeure extrêmement optimiste quant à l’avenir de notre profession. Cette année, l’IIA célébrait son 80e anniversaire. Cet institut est indubitablement une voix pionnière dans le monde. Il établit de nouvelles normes, fonde des organismes de certification et forme la majorité des auditeurs internes.

Je serai éternellement reconnaissant d’avoir pris part à cet incroyable voyage. Je remercie chacun d’entre vous d’avoir écouté mes idées, merci pour vos commentaires et pour votre soutien que j’apprécierai pour toujours.

Richard F. Chambers, Président et CEO du Global Institute of Internal Auditors, écrit un article hebdomadaire pour InternalAuditor.org sur les questions et tendances relatives à la profession de l’audit interne.