Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Global Institute of Internal AuditorsBreadcrumb SeparatorKnowledge and ResearchBreadcrumb SeparatorChambers Blog (French)Breadcrumb SeparatorUn rapport sur la fraude confirme la valeur de l’audit interne en temps de crise

Un rapport sur la fraude confirme la valeur de l’audit interne en temps de crise 

Chaque année, l’ACFE (Association of Fraud Examiners) publie son « Report to the Nations », un document visant à partager les résultats de l’enquête annuelle de l’association (intitulée Global Fraud Survey). Les constats de cette enquête font état de l’importance du rôle de l’audit interne, et de la valeur qu’il apporte, en matière de détection et de prévention des fraudes. Le dispositif le plus efficace pour mettre en lumière les abus, ce sont les lanceurs d’alerte, suivis de près par l’audit interne, qui se classe systématiquement second.

Les conclusions du rapport cette année restent les mêmes, à un détail près : le message qu’il transmet concernant la valeur de l’audit interne est nécessaire, aujourd’hui plus que jamais.

Outre les conséquences sanitaires graves qu’il a provoquées, le COVID-19 est sur toutes les lèvres, tant sur le sujet de l’économie que de la société. Il a bouleversé les moteurs économiques mondiaux, précipité une révolution dans le domaine du télétravail, et généré une angoisse grandissante concernant l’isolement engendré par les mesures de distanciation sociale. La pandémie est omniprésente.

Tout comme la fraude en entreprise. La pandémie crée une situation propice aux actions frauduleuses. Quiconque ayant une compréhension, même moindre, de celles-ci connaît le concept du triangle de la fraude, dont les ingrédients principaux sont : besoin, opportunité et rationalisation. La pandémie alimente le premier (le besoin) d’une multitude de façons. En effet, par son impact sur les économies, elle menace la santé financière de millions d’organisations à travers le monde et de milliards de salariés.

Les opportunités (deuxième ingrédient du triangle) pourraient aisément se multiplier à mesure que les organisations s’évertuent à réduire les coûts, y compris aux dépens de l’efficacité des dispositifs de contrôle. Le PDG de l’ACFE, Bruce Dorris, décrit parfaitement les dangers de ce raisonnement erroné dans le communiqué de presse qui annonce le rapport, Coronavirus Pandemic Is a Perfect Storm for Fraud (La pandémie de coronavirus réunit toutes les conditions propices à la fraude).

« Les entreprises cherchant à réduire les coûts ciblent souvent les services ne générant pas de chiffre d’affaires, à l’instar de la conformité et de l’audit interne. C’est une erreur. Les coupes opérées dans les budgets des services ou des initiatives essentiels à l’exhaustivité du dispositif de lutte contre la fraude ne font rien de plus que de rendre les organisations plus vulnérables au potentiel croissant de fraude. Alors que les organisations réduisent les budgets, en visant l’optimisation de la masse salariale, elles peuvent créer les conditions idéales à l’apparition de fraudes. Les pressions qui motivent la fraude des collaborateurs sont au plus haut, tandis que les défenses censées protéger l’organisation contre celle-ci ont été affaiblies.»

L’ACFE n’est pas seule à prendre la mesure de cette menace croissance provoquée par la pandémie. Le GRECO (Groupe d’États contre la corruption), organe du Conseil de l’Europe, a publié un avertissement du même ordre.

Dans un rapport publié le 15 avril, le président du GRECO, Marin Mrčela a émis la mise en garde suivante :

« Les États sont confrontés à des urgences indéniables, les pouvoirs sont concentrés et des entorses sont faites aux droits et libertés fondamentales. D’importantes sommes d’argent sont injectées dans l’économie, afin de pallier les effets de la crise (en ce moment, mais aussi dans un futur proche). Aussi les risques de corruptions ne devraient-ils pas être sous-estimés. C’est pourquoi il est capital que la lutte contre la corruption soit fondue dans l’ensemble des processus liés au COVID-19, mais aussi à tout autre processus relatif aux pandémies.

Le Report to the Nations de l’ACFE fait abonder les preuves du rôle critique endossé par l’audit interne dans la lutte contre la fraude et la corruption en entreprise. Avec une analyse de plus de 2 500 dossiers de fraude enregistrés en 2019 et répartis sur plus de 125 pays, le rapport nous révèle ce qui suit concernant l’audit interne :

  • L’audit interne a mis au jour la fraude dans 15 % des cas examinés ;
  • L’audit interne (74 %) constituait le troisième dispositif de contrôle le plus répandu parmi les répondants, devancé par l’audit externe (83 %) et les codes de conduite (81 %) ;
  • Lorsqu’un service d’audit interne est en place, les pertes médianes causées par la fraude en entreprise étaient réduites de moitié (100 000 dollars, au lieu de 200 000 dollars) ;
  • Lorsqu’un service d’audit interne est en place, la durée des actes de fraude était elle aussi divisée par deux (12 mois au lieu de 24 mois).

Le rapport fournit également des données importantes dans lesquelles les auditeurs internes peuvent se plonger pour faciliter la détection des fraudes et dissuader les fraudeurs. Parmi ces données figurent les méthodes de fraudes communes, le détail des occurrences de fraude par type d’organisation ainsi que de la perte moyenne par incident par industrie, les profils démographiques des fraudeurs, les signaux d’alerte principaux qui facilitent l’identification des abus, etc.

Professionnels de l’audit interne, téléchargez une copie du rapport ! C’est une mine d’or d’informations qui aideront l’audit interne à détecter les fraudes. En outre, le rapport fournit de nombreuses preuves de la valeur de l’audit interne pour les parties prenantes.

Les méthodes utilisées par les organisations pour faire face aux crises ont été mises sous les feux de la rampe par la pandémie de COVID-19, et toutes les preuves suggèrent que l’audit interne joue un rôle important, pertinent et précieux. Nous devons persister dans nos efforts à l’avenir. De plus, notre vigilance et nos conseils sont de mise contre les efforts court-termistes visant à réduire les coûts en éliminant ou en affaiblissant des dispositifs de contrôle efficaces et éprouvés.

Comme toujours, je me réjouis de lire vos commentaires.