Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Global Institute of Internal AuditorsBreadcrumb SeparatorKnowledge and ResearchBreadcrumb SeparatorChambers Blog (French)Breadcrumb SeparatorL’expérimentation louable d’un audit interne au Vatican se solde par des accusations

​L’expérimentation louable d’un audit interne au Vatican se solde par des accusations

Nous avons récemment appris que l’ancien contrôleur général du Vatican estimait avoir été poussé vers la sortie par la « vieille garde » du Saint-Siège. Libero Milone a démissionné en juin, à peine à la moitié de son mandat de cinq ans qui avait pour but d’introduire plus de transparence dans les finances de l’Église Catholique.

Libero Milone s’était exprimé au Conseil général (Global Council) de l’IIA de 2017 à Rome seulement quatre mois avant sa démission. Il nous avait donné un passionnant aperçu des réformes économiques que le Pape François voulait mettre en œuvre. Dans sa présentation, Libero Milone avait décrit des conditions de travail qui paraissaient idéales pour remplir sa mission de premier contrôleur général du Vatican. Il avait déclaré jouir d’une pleine autonomie et indépendance, conformément aux « meilleures pratiques internationales » en vigueur dans l’administration publique.

Sa mission de contrôleur général consistait en particulier à :

  • Mettre en œuvre des contrôles administratifs et comptables.
  • Mener des audits spécifiques jugés nécessaires par son département ou à la demande du Conseil pour l’économie du Vatican.
  • Recevoir et examiner les rapports d’anomalie.
  • Proposer aux autorités compétentes la mise en œuvre d’actions appropriées.

Cependant, il semble que cette expérimentation louable d’un audit interne au Vatican se soit récemment soldée par des accusations et des récriminations.

Libero Milone, ancien directeur général de Deloitte Italie, a déclaré à l’agence Reuters, au Wall Street Journal, et à plusieurs médias italiens avoir été contraint de démissionner suite à des constats d’activités illégales potentielles au sein du Vatican.

Dans une déclaration, le Vatican a répondu aux accusations de Libero Milone, en affirmant que celui-ci avait outrepassé ses fonctions en engageant une société extérieure pour « enquêter sur la vie privée de représentants du Saint-Siège ». Le communiqué stipule que ces investigations « ont irrémédiablement altéré la confiance placée dans Libero Milone », et ajoute que ce dernier « a librement accepté de donner sa démission. »

Nous pourrions bien ne jamais avoir le fin mot de cette affaire en raison de l’accord de confidentialité qui a été signé. Je pratique ce métier depuis assez longtemps pour ne pas prendre part parti sans disposer de tous les faits. Toutefois, même sans en connaître tous les détails, nous pouvons tirer de précieux enseignements de cette histoire.

En supposant que la version des faits présentée par Libero Milone soit exacte, nous avons ici un exemple d’auditeur interne qui a résisté aux pressions et réalisé sa mission en toute indépendance. Il a également mené des actions pour faire la lumière sur ce qu’il pensait être une activité inappropriée. Libero Milone a risqué son poste pour faire ce qu’il pensait être juste. S’il s’exprime maintenant, a-t-il dit, c’est uniquement pour protéger sa réputation et son professionnalisme.

« Je ne pouvais plus laisser un petit groupe de hauts responsables ternir ma réputation pour couvrir leurs activités douteuses », a-t-il déclaré dans un article paru dans le National Catholic Register.

Cela soulève une autre question importante. Alors que le Code de déontologie de l’IIA stipule clairement que les auditeurs internes « doivent utiliser avec prudence et protéger les informations recueillies dans le cadre de leurs activités », j’ai écrit par le passé que cela n’impose pas de garder le silence au prix de sa réputation professionnelle. Dans certaines circonstances, les auditeurs internes peuvent même légitimement recourir à la justice pour blanchir leurs noms.

En outre, le Code de déontologie évoque explicitement l’obligation pour un auditeur interne de faire son travail avec intégrité, ce qui implique de révéler toute activité illégale. Un auditeur interne « doit accomplir sa mission avec honnêteté, diligence et responsabilité ; il doit respecter la loi et faire les révélations requises par les lois et les règles de la profession ; il ne doit pas sciemment prendre part à des activités illégales ou s’engager dans des actes déshonorants pour la profession d’audit interne ou son organisation. »

Si la version des faits présentée par le Vatican est exacte, cela soulève aussi des questions auxquelles le Code de déontologie est le plus à même de répondre. En effet, celui-ci recommande de mener ses missions avec « honnêteté, diligence et responsabilité » et cela dans les limites de la loi. L’indépendance et l’objectivité sont cruciales aux auditeurs internes pour leur permettre de faire la lumière sur les faits. Toutefois, il ne s’agit pas d’agir comme si tous les coups étaient permis. En d’autres termes, la recherche de la vérité ne justifie pas des actions illégales ou contraires à la déontologie.

Heureusement, les professionnels de l’audit interne du monde entier ont à disposition des ressources précieuses, comme le Code de déontologie, les Normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne, les Lignes directrices de mise en œuvre et les Lignes directrices complémentaires de l’IIA, vers lesquelles ils peuvent se tourner quand ils font face à des conflits, des obstructions et des pressions.

En ce qui concerne le futur de l’audit interne au sein du Vatican, j’encourage fortement le Pape François à nommer un nouveau contrôleur général le plus rapidement possible. Des expérimentations aussi louables que celle-ci ne devraient jamais finir de cette manière.

Bienvenue au nouveau blogueur Jim Pelletier

Cette semaine, je profite de mon article pour accueillir Jim Pelletier qui rejoint le blog du magazine Internal Auditor. Jim Pelletier est vice-président des relations avec les professionnels et les parties prenantes de l’IIA, et ses articles réguliers mettront l’accent sur l’innovation.

 

Richard Chambers

Pour information

Richard F. Chambers, Président et directeur général de l’IIA (Institute of Internal Auditors) publie chaque semaine sur son blog InternalAuditor.org un article sur les enjeux et les tendances concernant la profession d'audit interne.