Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Global Institute of Internal AuditorsBreadcrumb SeparatorKnowledge and ResearchBreadcrumb SeparatorChambers Blog (French)Breadcrumb SeparatorLes auditeurs internes doivent être perspicaces pour offrir une vision prospective

Les auditeurs internes doivent être perspicaces pour offrir une vision prospective

J'observe régulièrement que la profession d'audit interne a parcouru du chemin. Elle est passée d'une analyse rétrospective pour évoluer vers des points de vue liés à la situation du moment puis à une vision prospective. A l'origine, il y a plus d'un siècle, l'audit interne se concentrait principalement sur une analyse rétrospective. Nos prédécesseurs évaluaient ce qui s'était passé une semaine, un mois, voire un an auparavant. Ils donnaient une assurance sur l'efficacité des dispositifs de contrôle (principalement financiers) mis en œuvre précédemment.

Ensuite, la profession a commencé à également s'intéresser à la réalité du moment présent (« ici et maintenant »), en fournissant une assurance sur l'efficacité de contrôles (souvent opérationnels) existants. Cette assurance, associée à la mise en perspective, par les auditeurs internes, des risques encourus par l'organisation, était un point de vue précieux pour la direction générale et le Conseil.

Les auditeurs internes se sont, de plus en plus, mis à proposer une vision prospective, un service dont l'avenir de la profession pourrait bien dépendre.

Beaucoup d'auditeurs internes évitent le volet prospectif car, en réalité, ils ne comprennent pas ce que ce dernier signifie dans le contexte d'une mission d'audit, ou ignorent comment procéder. Nombreux sont ceux pour qui cette activité revient à leur demander de prédire l'avenir dans une boule de cristal, en se basant uniquement sur leur instinct ou leurs intuitions.

Or, ce n'est pas du tout de cela qu'il s'agit. L'analyse prospective se définit comme « la capacité ou l'action de prédire ce qui se passera ou sera nécessaire dans le futur. » On peut citer comme synonymes les termes « planification, vision, anticipation, diligence et niveau de préparation. » Ainsi, l'analyse prospective n'est pas une simple question de prédictions. Elle permet d'aider nos organisations à se préparer pour l'avenir.

J'ai soulevé l'impératif de fournir une vision prospective pour la première fois sur mon blog en 2015. Dans mon plaidoyer, j'avais observé que :

Pour les auditeurs internes, l'analyse prospective consiste à anticiper les risques et enjeux clés auxquels nos organisations pourraient potentiellement faire face, afin d'en informer la direction générale et le Conseil. De cette façon, nous aidons nos clients à se préparer aux futures opportunités et enjeux avant qu'ils ne se matérialisent. La prospective nous permet de mettre en garde contre l'imminence d'un désastre qui pourrait frapper l'organisation si la direction ignore les risques stratégiques ou opérationnels. Cette approche aurait pu sauver Kodak, Blockbuster ou Lehman Brothers. Naturellement, la direction peut choisir d'ignorer la vision des auditeurs internes, mais au moins la sonnette d'alarme est tirée.

Depuis 2015, le besoin de fournir une vision prospective se fait plus pressant. Nos parties prenantes réclament des prévisions plus rapides et plus pertinentes, axées sur les risques réels encourus par les organisations. A l'inverse, les analyses d'évènements passés et de la situation actuelle les intéressent moins. 

Dans les conférences que je donne dans le monde entier, je compare les informations/perspectives délivrées par les auditeurs internes à celles d'un bulletin météorologique à la télévision. Le présentateur nous fait d'abord un récapitulatif de la météo de la veille (températures, précipitations, etc.) Il s'agit d'une analyse rétrospective à laquelle nous prêtons généralement peu attention car nous l'avons sans doute déjà réalisée nous-mêmes. Viennent ensuite les conditions météo actuelles, que nous pouvons constater par nous-mêmes en regardant simplement par la fenêtre. Arrivent enfin les prévisions qui ravivent l'intérêt du téléspectateur. Les parties prenantes de l'audit interne réagissent souvent de la même manière quand nous délivrons des analyses des situations passée et présente. Il se peut que ces informations ne soient pas inédites pour elles parce que les fonctions de la deuxième ligne de maîtrise auraient pu les communiquer au préalable.

Il y a quelques temps, nos collègues d'ACL ont publié un article de blog de Daniel A. Clark qui décrivait un plan en 5 étapes pour améliorer notre vision prospective:

Etape 1 : Améliorez votre capacité à fournir une analyse de la situation présente. Comprendre la nature des faits aide à mieux appréhender les aspects prévisibles des comportements. Si vous n'avez pas une vision claire de la situation actuelle, entourez-vous de personnes qui peuvent vous aider à la comprendre par leur expérience. Cela réduira de moitié votre propre temps d'apprentissage et vous serez prêts plus rapidement à aborder le futur.

Etape 2 : Comprendre l'environnement évolutif. Des indicateurs provenant de l'environnement ouvrent un champ des possibles que votre compréhension de la situation réduira en une série de probabilités. Souvenez-vous toujours que l'environnement inclut votre équipe, votre organisation, votre région, votre secteur d'activité et la planète entière. Des événements qui ont lieu à l'échelle mondiale peuvent tout de même avoir un impact sur des banques régionales ou locales, par exemple. Ne dévalorisez pas vos travaux en omettant cette dimension.

Etape 3 :  L'analyse de données est primordiale ! Passez à l'audit fondé sur l'analyse de données aussi vite que possible. Formez-vous et votre équipe sur les principes de l'analyse, de l'interprétation et de la gestion des données.

Etape 4 :  Ayez connaissance des décisions stratégiques prises par vos parties prenantes internes et de leurs hypothèses. Cela vous donnera le contexte général déterminant l'éventualité et le sens de vos discussions. Si vous faîtes le lien entre votre analyse prospective et leur stratégie, ce que vous direz aura plus de sens pour eux et ils écouteront plus attentivement vos suggestions.

Etape 5 :  Enfin, prenez position. Prenez une décision basée sur les informations que vous aurez recueillies. Vous pouvez déterminer, de manière assez prévisible, ce qui se passera demain si certains évènements ne se produisent pas aujourd'hui. Faire part de vos convictions sera la partie difficile du processus, parce que beaucoup de managers n'aiment pas se prononcer avant d'avoir eu la preuve concrète que les événements se sont réellement passés.

Les auditeurs internes devraient donner une vision prospective dans leur propre intérêt. Le développement futur de notre profession, voire même sa survie, pourrait bien dépendre de l'ajout de cette activité à la carte des services rendus par l'audit interne.

J'observe souvent que l'intelligence artificielle est parfaitement apte à fournir une analyse rétrospective. De même, il est concevable que des « machines » soient en mesure de fournir une analyse de la situation actuelle. Toutefois, l'analyse prospective nécessite le jugement humain qui, je le crois, s'avérera plus difficile à remplacer par l'intelligence artificielle. Autrement dit, de manière ironique, les auditeurs internes devraient avoir un esprit prospectif et perspicace (pour être prêts et diligents) afin de proposer une vision prospective dans leurs organisations.

Comme toujours, vos commentaires sont les bienvenus.

 

Richard Chambers

Pour information

Richard F. Chambers, Président et directeur général de l'IIA (Institute of Internal Auditors) publie chaque semaine sur son blog InternalAuditor.org un article sur les enjeux et les tendances concernant la profession d'audit interne.