Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Global Institute of Internal AuditorsBreadcrumb SeparatorKnowledge and ResearchBreadcrumb SeparatorChambers Blog (French)Breadcrumb SeparatorLes cinq sujets à la une en 2016 susceptibles d’affecter l’audit interne

​Les cinq sujets à la une en 2016 susceptibles d’affecter l’audit interne

Richard F. Chambers
Le 19 décembre 2016

En cette fin d’année, comme à mon habitude, je souhaite vous faire part de mes réflexions sur les cinq sujets à la une ; les principaux changements qui, selon moi, continueront à avoir des répercussions sur la profession, bien après les festivités du Nouvel An. L’année 2016 aura marqué les auditeurs internes aux quatre coins du globe par l’évolution significative des risques provoquée par des séismes politiques inattendus et par les fuites de données personnelles. Cette année se caractérise également par des évolutions qui ont permis d’élever la profession d’audit interne.

1. La victoire du Brexit et de Donald Trump change la donne

Les résultats du Brexit et de l’élection présidentielle américaine reflètent un fort mécontentement de la part d’une grande partie de l’électorat vis-à-vis du gouvernement ainsi qu’un désir profond pour le changement. Pour résumer, le changement affecte les risques.

Répercussions : L‘évolution des risques n’est pas due aux votes à proprement parler, mais aux changements qui en résulteront. Avec le Brexit, les échanges entre la sixième puissance économique mondiale et ses partenaires européens seront fortement modifiés et affecteront l’immigration, le transport et le commerce. Outre-Atlantique, le Président élu, Donald Trump, a indiqué à de nombreuses reprises que son administration ne fonctionnera pas de façon traditionnelle. Ces deux scénarios engendrent un climat d’incertitude sur le marché, et l’incertitude a tendance à augmenter le risque.

Aujourd’hui, les auditeurs internes doivent plus que jamais maîtriser tous les aspects de leur métier pour conduire leurs audits à la vitesse du risque. Partout dans le monde, les risques géopolitiques doivent être pris en compte lors de l’évaluation des risques des organisations.

2. À l’ère de WikiLeaks

La volatilité du risque est devenue un risque à part entière, à l’ère du cyberespionnage, de la publication de fausses informations et de WikiLeaks.

Même si les cyberattaques et la protection des données restent des sujets essentiels pour les conseils d’administration et la direction des entreprises, de nouvelles menaces provoquées par le piratage politique, social et économique accroissent les risques. Tant qu’il existera un marché des données privées, certains seront tentés de les voler, et les allégations d’actes de piratage soutenus par des États ajoutent à cette dynamique inquiétante.

En avril, suite à un piratage informatique, les données de plus de 200 000 comptes bancaires offshore ont été exposées dans l’affaire des Panama Papers. En octobre, la fuite d’e-mails piratés provenant de membres du Comité national démocrate et du Comité de campagne d’Hillary Clinton a probablement eu un impact sur les résultats de l’élection présidentielle américaine.

Répercussions : Les auditeurs internes doivent être capables de fournir une assurance en temps utile sur la pertinence des efforts en matière de cybersécurité et des plans de gestion de crise, doivent être suffisamment agiles pour répondre rapidement aux piratages de données non conventionnels, et doivent fortement s’impliquer dans les activités de prévention et de défense contre les menaces émergentes.

3. Les défaillances des cultures d’entreprise discréditent la bonne gouvernance

Les différents scandales impliquant les grandes entreprises et les États semblent avoir reculé en 2016, mais un certain nombre d’organismes publics et privés font encore la une — de l’affaire des faux comptes bancaires de Wells Fargo à celle des auditeurs du secteur public attaqués pour avoir simplement fait leur travail.

Répercussions : Les défaillances en matière de gouvernance renforcent le besoin pour les auditeurs internes de développer des processus et des compétences nécessaires pour faire croître une culture d’audit. De plus en plus de codes de gouvernance d’entreprise voués à l’amélioration de la gouvernance sont endossés par les bourses, les banques centrales, les gouvernements et les organisations. Les auditeurs internes doivent encourager ces efforts et soutenir l’objectif ultime de l’amélioration de la gouvernance.

4. La mise à jour des normes de l’IIA reflète l’évolution de la profession

L’utilisation croissante de l’audit interne dans le cadre des services de conseil renforce sa valeur auprès des entreprises mais crée également de nouveaux défis potentiels en matière d’indépendance et d’objectivité.

Répercussions : L’IIA a apporté des modifications clés à aux normes internationales de l’audit interne qui répondent à l’évolution du rôle de l’audit interne dans l’entreprise. Les dernières nouveautés de ces normes sont axées sur trois domaines :

  • l’amélioration des normes existantes sur la communication et l’assurance qualité ;
  • la création de deux nouvelles normes couvrant l’objectivité en matière d’assurance et de conseil et les nouvelles missions de l’audit interne ;
  • l’alignement des normes existantes aux principes fondamentaux intégrés au cadre de référence international de la pratique professionnelle (CRIPP) l’an dernier.

Les auditeurs internes doivent rester vigilants face aux conséquences éventuelles de leurs missions de conseil sur l’objectivité de l’audit interne.

5. L’IIA sonne la cloche de la bourse de New York

Fin juin, Denny Beran, ancien Président international de l’IIA, et moi-même avons eu le privilège de sonner la cloche de la bourse de New York (NYSE). Le NYSE est un ami et un allié de longue date de l’audit interne. C’est encore aujourd’hui la seule bourse américaine qui exigeant des entreprises cotées qu’elles soient dotées d’un dispositif d’audit interne. 

Répercussions : Cet événement, qui formalise la reconnaissance de la valeur de la profession, nous a particulièrement touchés à l’occasion de la 75e année de l’IIA. C’est une soutien important du rôle de l’audit interne pour le commerce et la bonne gouvernance.

L’année prochaine, l’IIA profitera de la présence de son directeur des relations gouvernementales, nouvellement basé à Washington, D.C., pour promouvoir la bonne gouvernance et former les législateurs sur le rôle de l’audit interne. Tous les professionnels de l’audit interne devraient faire de même auprès de leur direction, de leur conseil d’administration, et des parties prenantes de leur entreprise.

Information :

Richard F. Chambers, Président et directeur général de l’IIA (Institute of Internal Auditors) publie chaque semaine sur son blog un article traitant de sujets d’actualité liés à l’audit interne.